2007-04-04

Elle part bien demain?

Le texte qui suit s'adresse à tous les amateurs de langues, y compris ceux qui ont une connaissance très limitée du chinois.

Certains mots très courants d'une langue (par exemple  bien, encore, mais, alors, aussi, etc.) se révèlent parfois difficiles à traduire dans une autre langue. Les dictionnaires, grammaires et manuels de stylistique comparée ne manquent pas de fournir de longues listes d'exemples, classés par thème, mais cette approche reste descriptive et non explicative. Ainsi, l'excellent manuel Mots chinois, mots français (Poizat-Xie, Zufferey) propose différentes façons de traduire le mot français « bien » lorsque celui-ci exprime l'affirmation, la confirmation, le renforcement, la concession, la restriction, l'atténuation, l'inférence, la supposition, l'approximation…! Le cas semble extrêmement complexe alors qu'il est en fait très simple. Toute cette énumération ne concerne que des effets de sens provenant du contexte, des reflets renvoyés par le monde réel. Mais la fonction purement grammaticale du mot « bien » reste constante. D'ailleurs, la façon dont le chinois traduit ce terme met en évidence un rôle invariant, une loi unique qui expliquerait toutes les situations. C'est ce que nous allons examiner ici.

Que signifie le mot bien dans la phrase Elle part bien demain? Il sert à relier les deux éléments de la phrase  [elle] + [part demain]. Il confirme que la relation entre ces deux éléments (le sujet et le prédicat), relation sur laquelle on s'était entendu au préalable, de façon explicite ou non, est toujours valable (Henri Adamczewski). Le mot bien ne constitue en aucun cas un quelconque attribut ou enjoliveur du verbe partir, comme on le prétend souvent. En comparant les phrases Elle part demain? et Elle part bien demain?, ont sent clairement que la première porte sur le départ lui-même, et la seconde sur la confirmation de ce départ. Voyons comment le chinois construirait cette seconde phrase.

Sujet + Terme de confirmation + Prédicat

1. Elle part bien demain? [= Elle + bien + partir demain?]
 真的 明天 走 吗? Tā zhēnde míngtiān zǒu ma?
Elle vraiment demain partir est-ce que?

2. C'est bien elle qui a dit ça.
这 话 明明 是 她 说 的 Zhè huà míngming shì tā shuō de.
Ces paroles clairement être elle dire [de].

3. C'est bien lui!
 是 他 Jiù shì tā!
Justement être lui.

Dans les trois phrases chinoises ci-dessus, le sujet précède systématiquement le terme de confirmation, et le prédicat le suit (le sujet est sous-entendu dans la phrase 3). On constate également que le mot bien est traduit par trois mots différents en chinois, mais ceux-ci jouent un rôle grammatical similaire tout en apportant leur nuance propre.

L'italien (proprio) utilise une méthode similaire à celle du français pour confirmer la relation présupposée entre le sujet et le prédicat. L'anglais se sert volontiers du fameux do, ou du verbe to be accompagné de la forme dite progressive.
1. Se ne va proprio domani?
2. L'ha detto proprio lei.
3. È proprio lui!
1. She is leaving tomorrow?
2. She did say it.
3. It's him alright.

Les deux prochains exemples confirment cette façon de voir. Là encore, le chinois rend les choses plus évidentes.

4. Vous avez bien une minute!
  有 一点儿 时间  Nǐ hái yǒu yìdiǎnr shíjiān ba!
Vous encore avoir un peu temps [ba].

5. Vous avez bien de quoi payer.
你 钱    Nǐ qián hái gòu ne.
Ton argent encore suffisant [ne].
Vous, de quoi payer bien avoir [la somme nécessaire].

Dans les phrases chinoises 4 et 5, le prédicat à confirmer est encadré entre le mot signifiant encore et une particule de renforcement (ba ou ne). Ces deux paires de caractères (hai… ba et hai… ne) jouent le même rôle que le mot bien en français. Les particules de fin de phrase, ba et ne apportent chacune leur nuance. Dans la phrase 4, le résultat attendu dépend toujours de la bonne volonté de l'interlocuteur (ba). Dans la phrase 5, les jeux sont déjà faits (ne).

La traduction anglaise met à nouveau en évidence le rôle du verbe do dans la confirmation de la relation entre le sujet et le prédicat (ce qui équivaut à dire que do not sert à nier cette relation).
4. You do have a minute, don't you?
5. You do have enough money.

Il faut bien comprendre qu'une phrase prononcée à haute voix, c'est à dire une succession linéaire de sons, n'est qu'une façon de communiquer un message. Quel est donc le message exact que la phrase 4 cherche à transmettre?

  • J'ai besoin de vous retenir pour un moment (shíjiān, minute).
  • Je réponds d'avance à vos objections en indiquant que le moment sera court (yìdiǎnr, minute).
  • Je sais qu'il n'en tient qu'à vous d'accepter ma requête (ba, avez).
  • Je vous demande de confirmer votre accord (hai, bien).

 

Vocabulaire

1. elle
2. 真的 zhēnde vrai
3. 明天 míngtiān demain
4. zǒu partir, s'en aller, itinéraire, (clé 156)
5. ma [interrogation]
6. zhè / zhèi celui-ci, ceci
7. huà parole, langage
8. 明明 míngmíng évidemment, manifestement
9. shì être
10. shuō parler
11. de / dí / dì [particule adjectivale, particule structurale] / en effet
12. jiù s'approcher, entreprendre, justement
13. il, lui
14. tu, toi
15. hái / huán encore, aussi / rentrer, rendre
16. yǒu avoir
17. 一点 yìdiǎn un peu, le moindre
18. ér fils, soutenir, (clé 10 jambes)
19. 时间 shíjiān moment, durée, temps
20. bā / ba clac! / [en fin de phrase suggestion, supposition]
21. qián argent, monnaie
22. gòu atteindre, suffisant, en avoir assez
23. ne / ní [interrogation, non accompli] / drap

2 commentaires:

Anne a dit...

Merci pour ces précisions. Ayant du mal à comprendre comment on traduit le mode impératif en chinois, je me demande si, comme pour "bien", cela ne dépend pas du contexte. Pouvez-vous m'éclairer à ce sujet? Merci.

Bai Lide a dit...

Bonne idée! Voici le billet sur l'impératif.